Vous reprendrez bien un peu de café?

Lire votre avenir dans le marc de café, ça vous tente? La voyance est une – prétendue? – capacité à percevoir une information dans l’espace et dans le temps en dehors de l’usage des cinq sens, par perception extrasensorielle. Cette pratique, qui vise à connaître ou préparer l’avenir, est bien implantée dans la culture populaire: 21 % des femmes et 9% des hommes y ont recours.

Les outils les plus utilisés sont le tarot, l’astrologie et la boule de cristal, sans oublier la semoule de couscous ou encore le jet de pièces de monnaie. Selon les initiés, ce qui compte avant tout, ce sont les capacités de la personne consultée et son don pour les visions intuitives. Grâce au numérique, on peut même pratiquer la voyance depuis son canapé, par SMS ou visio-conférence.

D’où vient ce succès? C’est certainement l’influence de l’effet Barnum, aussi appelé effet de confirmation. En d’autres termes, on vous dit ce que vous voulez bien entendre, de façon indirecte. C’est un biais cognitif induisant toute personne à accepter une vague description de la personnalité comme s’appliquant spécifiquement à elle-même.

Le test suivant l’illustre; la plupart des candidats interrogés se sont retrouvés dans ces phrases :

  • Parfois vous vous demandez sérieusement si vous avez pris la bonne décision ou fait ce qu’il fallait.
  • A l’extérieur vous êtes discipliné et vous savez vous contrôler mais à l’intérieur vous tendez à être préoccupé et pas très sûr de vous-même.
  • Par moments vous êtes très extraverti, bavard et sociable, tandis qu’à d’autres moments vous êtes introverti, circonspect et réservé.

Les psychologues Dickson et Kelly ont fait ressortir que l’évaluation de la pertinence augmente avec différents facteurs, notamment:

  • la certitude du sujet que l’analyse s’appliquait à lui seul
  • la reconnaissance par le sujet de l’autorité de l’évaluateur
  • la présence dans l’analyse de traits majoritairement positifs

La prédiction intéresse tout le monde. En effet, chaque geste que nous faisons est fondé sur l’idée que nous sommes capables de prédire le résultat d’une action. Je tends le bras vers un objet et mes chances de l’attraper sont de 99%. De même, les modèles mathématiques appliqués aux diverses activités humaines nous permettent de prévoir l’avenir avec une certaine probabilité, à l’image de la météo, du tourisme, de la santé, ou encore des services financiers (classer les individus selon la probabilité de rembourser leurs crédits dans un temps voulu).

Pour recruter un nouveau collaborateur, l’entreprise attache également de l’importance à l’aspect prédictif. L’assessment center répond à ce besoin, en évaluant la personne par rapport aux différentes compétences demandées, avec des points de développement pour assurer la meilleure intégration possible, gage d’efficacité.

En Suisse, c’est l’organisation SQS, via le SECO, qui délivre des certifications moyennant des audits de qualité. L’accréditation est un moyen d’instaurer la confiance permettant à l’économie de juger les résultats. Plus de 30 labels existent, dans le domaine entrepreneurial, médical, ou encore de la gestion du personnel, où l’on retrouve celui de swissassessment.

La voyance se positionne dans le domaine de l’irréfutable. Ce qui revient à dire que la science ne peut ni infirmer ni confirmer l’existence de la voyance. On peut ainsi recruter à l’aide de la numérologie, de la graphologie, ou encore selon le signe du zodiaque du candidat. Par contre, un assessment center et les différents exercices qui s’y rattachent se situent dans une probabilité donnée en termes de prédiction, avec une marge d’erreur, dans une volonté d’amélioration continue et un effort de transparence.

Article publié sur HR Today – Décembre 2016 en collaboration avec Benoit Consulting